Monday, 22 January 2018

EXPLICATION ÉVANGILE 3e DIM. après l'Épiphanie.

EXPLICATION ÉVANGILE 3e Dim. après l'Épiphanie.
Explication. — Tous les Pères de l'Église ont vu dans la lèpre l'image du péché, et dans ces paroles de Notre-Seigneur allez vous montrer au Prêtre, une allusion à la Confession.
— Admirons l'humilité, la foi, la confiance et la
p. 598
simplicité de la prière du lépreux : Si Vous voulez, Vous pouvez me guérir, c'est-à-dire, il n'est pas besoin que Vous ayez recours à personne, ou à aucun remède ; Vous avez en Vous seul le pouvoir de guérir et c'est votre bonté que j'implore. Jésus répond en Maître de la nature : Je le veux, sois guéri. Et à l'instant il fut guéri, parce que pour Dieu faire et dire est tout un.
Ainsi en est-il au Sacrement de Pénitence, quand le Prêtre qui tient la place de Jésus-Christ, prononce les paroles de l'absolution : au même instant la lèpre du péché disparaît pour faire place à l'état de grâce.
Un Centurion était un Officier de l'armée romaine commandant une compagnie de cent hommes ; je ne suis pas digne...L'humilité du Centurion a mérité que l'Église mît ces paroles sur les lèvres de ses enfants au moment où ils vont recevoir Jésus-Christ dans la sainte Communion.
— « En se reconnaissant indigne de recevoir Jésus-Christ sous son toit, dit Saint Augustin, il s'est rendu digne de Le recevoir dans son cœur. »
Le discours du Centurion est vif et tout à fait militaire. Il n'achève même pas le raisonnement commencé. Mais la conclusion se devine sans peine : Vous à qui obéissent les forces de la nature, donnez vos ordres, commandez à la maladie et elle quittera mon serviteur, Dites seulement une parole.
Je n'ai point trouvé une si grande foi dans Israël, parmi les Juifs, depuis le commencement de mon ministère public. Il est visible qu'il ne s'agit pas ici de la Sainte Vierge et de Saint Joseph, de Saint Jean-Baptiste et des Patriarches de l'Ancien Testament.
Beaucoup prendront part au festin.
— La félicité éternelle est souvent comparée, dans la Bible, à un festin, parce qu'elle apporte à l'homme le repos, la joie et le rassasiement.
— Les enfants du royaume, les Juifs appelés les premiers à faire partie de l'Église, seront jetés dans les ténèbres extérieures. Jésus continue l'allégorie : dans les festins, la salle est brillamment éclairée, et ceux qui sont restés dehors se trouvent dans les ténèbres. Les paroles de Notre Seigneur ont déjà reçu leur accomplissement. Les Juifs ne sont-ils pas dans les ténèbres de l'âme en ne Le reconnaissant pas pour le Messie ? La multitude des Gentils n'est-elle pas venue de l'Orient et de l'Occident, c'est-à-dire de tous les points du globe, pour former l'Église ?
[ Source : Pdf pp. 597-598 ].

Sunday, 21 January 2018

EXPLICATION ÉPÎTRE 3e Dim. après l'Épiphanie.

EXPLICATION ÉPÎTRE 3e Dim. après. l' Épiphanie.
Rm XII 16-21
Explication : Ce passage de l'Épître aux Romains nous rappelle d'abord le devoir de l'humilité, l'humilité vraie fondée sur la connaissance que nous avons de notre bassesse et de notre infirmité : Ne soyez point sages à vos propres yeux.
Ne rendez à personne le mal pour le mal.
Il avait été dit aux Juifs : œil pour œil, dent pour dent. Jésus-Christ a donné d'autres commandements à ses disciples. C'est la loi commune de toutes les nations, dit Tertullien, d'aimer ses amis, mais c'est la loi particulière et le caractère distinctif des Chrétiens d'aimer les ennemis. Or on ne fait point de mal à ceux qu'on aime. Si donc nous aimons nos ennemis, comme Jésus-Christ nous l'ordonne, nous ne pouvons leur rendre le mal pour le mal.
Appliquez-vous à faire ce qui est bien, non seulement devant Dieu, pour lui obéir et pour lui plaire, mais encore devant les hommes, non pour être estimé d'eux, mais pour l'honneur de Dieu, suivant la parole de Notre Seigneur : Que
p.596
votre lumière luise devant les hommes, afin que voyant vos bonnes œuvres, ils glorifient votre Père qui est dans les Cieux. Nous devons édifier le prochain, c'est un des grands moyens d'apostolat ; le bon exemple opère plus de conversions que les grands discours.
Autant qu'il dépend de vous, sans jamais sacrifier les droits de la conscience, soyez en paix avec tous.
Vous amasserez sur sa tête des charbons de feu.
Image d'une vive et cruelle douleur, c'est-à-dire que vous lui préparerez par votre générosité et votre grandeur d'âme le châtiment salutaire de la confusion, que suivra bientôt le repentir. Il n'aura plus de repos qu'il n'ait réparé ses torts envers vous.
Ne vous laissez point vaincre par le mal, en cédant à la colère, à la rancune, à la vengeance ; mais surmontez le mal par le bien.. En triomphant de vos sentiments naturels, en possédant votre âme par la patience, et en faisant du bien à celui qui vous a offensé, pour le gagner à Dieu. La bonté opiniâtre, dit Sénèque, vient à bout des méchants.
Il ne faut pas chercher la paix au mépris de la Loi de Dieu, ou au détriment des droits de la conscience. Mieux vaudrait la guerre, et au besoin la mort. C'est l'histoire de tous les Martyrs, qui ont résisté jusqu'au sang. Mais quand les intérêts supérieurs de Dieu et de la conscience ne sont pas engagés, sacrifions tout à la paix. Que la rupture ne vienne jamais de notre côté, ou par notre faute ; et si quelqu'un se déclare notre ennemi, ne laissons pas de lui donner tous les témoignages d'une charité sincère, et ne négligeons rien  pour toucher son cœur et apaiser son ressentiment.

LES SOLENNITÉS DE NOËL ET DE L'ÉPIPHANIE.

LES SOLENNITÉS DE NOËL ET DE L'ÉPIPHANIE
AVEC les solennités de la Nativité du Seigneur, le cycle liturgique de Noël arrive à son apogée. Noël et l'Épiphanie résument le mystère de l'Incarnation tel que l'Église veut chaque année nous le faire revivre. Après l'octave de l'Épiphanie le premier cycle festival de l'année liturgique décroîtra. Ce sont alors les dimanches dits « après l'Épiphanie ». Leur nombre varie selon la date plus ou moins précoce des fêtes pascales.
C'est le grand mystère de l'Incarnation du Verbe de Dieu que nous célébrons en ces jours. La splendeur plus grande de la liturgie doit éveiller en nous une foi plus forte, plus éclairée, plus vivante.
Le retour annuel des fêtes de l'apparition du Fils de Dieu dans notre chair humaine, doit nous faire participer d'année en année davantage à ce mystère qui nous unit à Dieu par notre nature même.
Le saint Baptême nous a configurés au  Christ ; notre âme porte à jamais et de façon indélébile le caractère, le sceau du Christ. Par là nous sommes devenus des ayant-droit à la grâce divine justificatrice et sanctifiante.
Nous sommes devenus membres mystiques de l'Homme-Dieu.Nous formons tous son corps mystique : le Christ vit en nous.
Devant le Père nous sommes légalement adoptés et appelés à partager l'héritage royal de son Fils.
Cette union de chacun et de toute l'humanité au Christ, de l'Église à sa Tête mystique, prendra son expression liturgique dans la fête de l'Épiphanie.
Celle-ci commémore d'abord l'apparition du Verbe incarné au monde païen, mais aussi, et peut-être plus encore, l'union, le mariage mystique du Christ avec son Église qu'Il s'est unie par son Incarnation, qu'il a purifiée par son baptême dans le Jourdain, figure du grand Baptême qu'il recevra sur la Croix.
Historiquement la date de la naissance du Sauveur nous est inconnue, mais très tôt l'Église célébrait la Nativité du Seigneur.
D'origine orientale, il y eût d'abord la fête du 6 janvier. Elle vint bientôt à Rome où elle se maintint même après l'introduction de celle du 25 décembre. Cette dernière remonte au pontificat de Jules I, avant l'année 350.
La Rome païenne fêtait en ce jour du solstice d'hiver la naissance de la divinité solaire ( natalis solis invicti ). Il était naturel que les chrétiens choisissent, par réaction contre l'usage païen, ce même jour pour commémorer la Nativité du « Soleil de Justice », de la « Lumière du monde » destinée à vaincre les ténèbres du péché et de l'erreur.
Noël et l'Épiphanie s'unissent admirablement pour nous faire vivre le mystère de l'Incarnation. Noël est la fête de l'humble naissance du Sauveur, du Verbe éternel de Dieu dans notre chair humaine.
L'Épiphanie commémore les manifestations de la divinité de l'Homme-Dieu.
Dès l'origine cette fête est d'une grande richesse d'idées et la liturgie ne craint pas de les associer pour illustrer le grand mystère de la royauté du Christ, de l'union royale et sacerdotale du Christ avec son Église.
À Laudes, dans l'antienne du « Benedictus », les mages ne courent pas à la crèche de Bethléhem, mais aux noces royales du Christ avec son Épouse, avec l'Église purifiée par le baptême et fortifiée par le vin miraculeux de l'Eucharistie.
[ Source : Mrcer ].

ORDO DIMANCHE 21 JANVIER 2018.

ORDO DIMANCHE 21 JANVIER 2018
Fête : 3e Dimanche après l'Épiphanie.
Couleur : vert.
Classe : 2e classe.
Épître : Rm XII 16-21.
Évangile : Mt VIII 1-13.

Saturday, 20 January 2018

25 JANVIER 1938

25 JANVIER 1938
Se não deixarem de ofender a Deus, no reinado de Pio XI, começará outra ( guerra ) pior. Quando virdes uma noite iluminada por uma luz desconhecida  ( foi a noite de 25 de janeiro de 1938 ), sabei que é o grande sinal que Deus vos dá de que vai punir o mundo de seus crimes por meio
da guerra,
da fome
e de perseguições à Igreja
e ao Santo Padre...
várias nações serão aniquiladas... » ( Mem. pág. 163-167 ).
[ Source: A DEVOÇÃO AO IMACULADO CORAÇÃO DE MARIA, Pe António Pereira ( Cidade do Imaculado Coração de Maria )].
Traduction :
Si vous ne cessez pas d'offenser Dieu, sous le règne de Pie XI, commencera une autre ( guerre ) pire. Quand vous verrez une nuit illuminée par une lumière inconnue ( ce fut la nuit du 25 janvier 1938 ) sachez que c:est le grand sig TVne que Dieu vous donne qu'il va punir le monde de ses crimes par le moyen de
la guerre,
de la faim
et de la persécution contre l'Église
et le Saint Père...
diverses nations seront annihilées... »

ORDO SAMEDI 20 JANVIER 2018

ORDO SAMEDI 20 JANVIER 2018
Fête : St Fabien , pape, et St Sébastien, martyrs.
Couleur : rouge.
Classe : 3e cl.

Épître : Hé XI 33-39.
Évangile : Lc VI 17-23.

L'Ave Maria [ Grand Catéchisme St Pie X ].

L' Ave Maria [ Grand Catéchisme de Saint Pie X ].
Quelle prière avons-nous coutume de dire après le Pater ?
Après le Pater  nous disons la Salutation angélique, c'est-à-dire l' Ave Maria par lequel nous recourons à la Très Sainte Vierge.
Pourquoi l' Ave Maria est-il appelé Salutation angélique ?
L'Ave Maria est appelé Salutation angélique parce qu'il
p. 157
commence par le salut que l'archange Gabriel adressa à la Vierge Marie.
De qui sont les paroles de l' Ave Maria ?
Les paroles de l'Ave Maria sont en partie de l'archange Gabriel, en partie de sainte Élisabeth, en partie de l'Église.
Quelles sont les paroles de l'archange Gabriel ?
Les paroles de l'archange Gabriel sont :
« Je vous salue, pleine de grâces, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes. »
Quand est-ce que l'Ange dit à Marie ces paroles ?
L'Ange adressa ces paroles à Marie quand il vint de la part de Dieu lui annoncer le mystère de l'Incarnation qui devait s'opérer en elle.
Que pensons-nous faire en saluant la très sainte Vierge avec les paroles mêmes de l'Archange ?
En saluant la Très Sainte Vierge avec les paroles de l'Archange nous nous réjouissons avec elle, rappelant les dons et les privilèges singuliers dont Dieu l'a favorisée de préférence à toutes les autres créatures.
Quelles sont les paroles de sainte Élisabeth ?
Les paroles de sainte Élisabeth sont :
« Vous êtes bénie entre toutes les femmes et le fruit de votre sein est béni. »
Quand est-ce que sainte Élisabeth dit ces paroles ?
Sainte Élisabeth dit ces paroles par l'inspiration de Dieu, lorsque, trois mois avant de donner le jour à saint Jean-
p. 158
Baptiste, elle fut visitée par la Très Sainte Vierge qui déjà portait dans son sein son divin Fils.
Que faisons-nous en disant ces paroles ?
En disant les paroles de sainte Élisabeth, nous nous réjouissons avec la Très Sainte Vierge de son éminente dignité de Mère de Dieu, nous bénissons Dieu et le remercions de nous avoir donné Jésus-Christ par Marie.
De qui sont les autres paroles de l' Ave Maria ?
Toutes les autres paroles de l'Ave Maria ont été ajoutées par l' Église.
Que demandons-nous par les dernières paroles de l'  Ave Maria ?
Par les dernières paroles de l' Ave Maria nous demandons la protection de la Très Sainte Vierge au cours de cette vie et spécialement à l'heure de la mort, où nous en aurons le plus grand besoin.
Pourquoi après le Pater disons-nous l' Ave Maria plutôt que toute autre prière ?
Parce que la Très Sainte Vierge est notre Avocate la plus puissante auprès de Jésus-Christ. Aussi, après avoir dit la prière que nous a enseignée Jésus-Christ, nous prions la Très Sainte Vierge de nous obtenir les grâces que nous avons demandées.
Pour quel motif la Très Sainte Vierge est-elle si puissante ?
La Très Sainte Vierge est si puissante parce qu'elle est la Mère de Dieu et qu'il est impossible qu'il ne l'exauce pas.
p. 159
Que nous enseignent les Saints sur la dévotion à Marie ?
Au sujet de la dévotion à Marie, les Saints nous enseignent que ses vrais dévots sont aimés d'Elle, qu'elle les protège avec l'amour de la plus tendre des Mères et que par elle ils sont certains de trouver Jésus et d'obtenir le paradis.
Quelle dévotion en l'honneur de Marie? l'Église recommande-t-elle tout spécialement ?
La dévotion que l'Église recommande d'une façon toute spéciale en l'honneur de la Très Sainte Vierge est la récitation du saint Rosaire.