Monday, 11 December 2017

IMMACULÉE CONCEPTION TEXTE VÊPRES

IMMACULÉE CONCEPTION TEXTE VÊPRES Mqev
Psaumes du Commun de la Sainte Vierge, p. 1157 Mqev.
ANTIENNES /
1: Cantique IV 7 / 2: Daniel VII 9 / 3: Judith XV 10 / 4: Judith XIII 23 / 5: Cantique I 3.
1. Vous êtes toute belle, ô Marie, et la tache originelle n'est pas en vous.
2. Vos vêtements ont l'éclat de la neige, votre visage la splendeur du soleil.
3. Vous êtes la gloire de Jérusalem, vous êtes la fierté d'Israël, vous êtes l'honneur de votre peuple.
4. Bienheureuse êtes-vous, ô Vierge Marie; le Seigneur, le Dieu très haut, vous a bénie plus qu'aucune autre femme sur la terre.
5. Entraînez-nous à votre suite, ô Vierge sans tache; nous courrons à l'odeur de vos parfums.
CAPITULE / Proverbes VIII 22-24
LE Seigneur m'a créée, prémices de ses voies, avant toutes ses œuvres. Dès l'éternité j'ai été établie, dès le début,
p. 1348 Mqev
avant que la terre existât. Il n'y avait pas d'abîmes quand je fus enfantée.
Hymne Ave maris stella, du Commun de la Sainte Vierge, p. 1162.

MAGNIFICAT
V/. C'est aujourd'hui l'Immaculée Conception de la sainte Vierge Marie. R/. Qui, de son pied virginal, écrasa la tête du serpent.
Aux Ières vêpres / Luc I 48-49
TOUTES les générations me diront bienheureuse, car le Tout-Puissant a fait pour moi de grandes choses, alléluia.
Aux 2èmes vêpres:
AUJOURD'HUI un rejeton est sorti de la tige de Jessé; aujourd'hui Marie a été conçue sans aucune tache de péché; aujourd'hui, par elle, la tête de l'antique serpent a été écrasée.
Oraison, p.1343. Mémoire de la férie.

IMMACULÉE CONCEPTION TEXTE MESSE

IMMACULÉE CONCEPTION MESSE PARTIES MOBILES MQEV FRANÇAIS
INTROÏT / Isaïe LXI 10 ; Ps. XXIX 2.
J'EXULTERAI de joie dans le Seigneur et mon âme en mon Dieu tressaillera d'allégresse, car il m'a revêtue des vêtements du salut et m'a couverte du manteau de la justice, comme une épouse se pare de ses joyaux.
R/. Je veux Vous exalter, Seigneur, car vous m'avez délivrée; Vous n'avez pas fait de moi la risée de mes ennemis. V/. Gloire.
COLLECTE.
DIEU qui par la conception immaculée de la Vierge avez préparé à votre Fils une demeure digne de lui, daignez, par l'intercession de celle que vous avez préservée de toute tache en considération déjà de la mort de ce Fils, nous faire parvenir, purs nous aussi, jusqu'à Vous. Par le même Jésus-Christ votre Fils.
Mémoire de la férie.
ÉPÎTRE tirée du livre des Proverbes VIII 22-35
Puissance, présence éternelle en la pensée de Dieu, sollicitude à l'égard des hommes qui, en l'écoutant, trouvent la voie du salut: ces attributsde la Sagesse, l'Église les applique à la Vierge Marie comme elle les applique au Christ, tant elle lui est intimement associée pour l'accomplissement des grands desseins de Dieu.
LE Seigneur m'a créée, prémices de ses voies, avant toutes ses œuvres, Dès l'éter-
p. 1344 Mqev
nité j'ai été établie, dès le début, avant que la terre existât. Il n'y avait pas d'abîmes quand je fus enfantée, les fontaines encore n'avaient pas jailli; les montagnes n'étaient pas affermies; avant les collines je fus enfantée. Il n'avait encore fait ni la terre, ni les plaines, ni les premiers éléments de la poussière du globe. Quand il disposait les cieux, j'étais là; quand il traçait un cercle à la surface de l'abîme; quand il consolidait les nuées en haut et maîtrisait les sources de l'abîme; quand il fixait sa limite à la mer, pour que les eaux n'en franchissent pas les bords, quand il posait les fondements de la terre, j'étais à l'œuvre auprès de lui, joyeuse au long des jours, jouant sans cesse devant lui, jouant sur le globe de la terre et trouvant mes délices parmi les enfants des hommes. Et maintenant, mes fils, écoutez-moi: « Heureux ceux qui gardent mes voies; recevez mes instructions pour devenir sages, ne les rejetez pas. Heureux l'homme qui m'écoute, qui veille chaque jour à mes portes, en garde les montants. Qui me trouve a trouvé la vie et obtient la faveur du Seigneur. »
GRADUEL / Judith XIII 23; XV 10.
BIENHEUREUSE êtes-vous, ô Vierge Marie; le Seigneur,
p. 1345 Mqev
le Dieu très-haut, vous a bénie plus qu'aucune femme sur la terre. V/. Vous êtes la gloire de Jérusalem, vous êtes la fierté d'Israël, vous êtes l'honneur de notre peuple.
ALLÉLUIA /Cantique IV 7
ALLÉLUIA, alléluia. V/. Vous êtes toute belle, ô Marie, et la tache originelle n'est pas en vous. Alléluia.
ÉVANGILE selon saint Luc I 26-28
Du beau récit de l'annonciation, dans saint Luc, l'Église recueille ajourd'hui la salutation de l'ange, pour la faire notre et nous inviter à en méditer tout le sens.
p. 1346 Mqev ( Nous mettons 'vous' au lieu de 'tu' dans le texte.)
EN ce temps-là, l'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée appelée Nazareth, à une vierge fiancée à un homme du nom de Joseph, de la maison de David; et le nom de la vierge était Marie. Il entra chez elle et lui dit: « Je vous salue, pleine de grâce; le Seigneur est avec vous; vous êtes bénie entre toutes les femmes. »
OFFERTOIRE / Luc I 28.
JE VOUS salue, Marie, pleine de grâce; le Seigneur est avec vous; vous êtes bénie entre toutes les femmes, alléluia.
SECRÈTE
AGRÉEZ, Seigneur, ce sacrifice, instrument du salut, que nous vous offrons en la fête de l'immaculée conception de la Bienheureuse Vierge Marie, et de même que votre grâce, ainsi que nous le proclamons, la préserva par avance de toute tache, que son intercession nous délivre de toute faute. Par notre Seigneur.
Préface de la sainte Vierge ( Et te in Conceptione immaculata ), p. 1104.
COMMUNION
ON a proclamé votre gloire, ô Marie, car le Tout-Puissant a fait en vous de grandes choses.
p. 1347 Mqev
POSTCOMMUNION
PUISSE le Sacrement que nous avons reçu guérir en nous, Seigneur notre Dieu, les blessures de cette faute dont, par une grâce sans pareille, vous avez préservé la bienheureuse Marie en sa conception immaculée. Par notre Seigneur.

TEXTE PARTIES MOBILES 1er DIMANCHE DE L'AVENT ( C ).

TEXTE PARTIES MOBILES 1er DIMANCHE DE L'AVENT ( C )
p. 513
Préface de la Sainte Trinité, p. 599.
À Paris et en divers Diocèses, on dit, pendant l'Avent, la Préface suivante.
PRÉFACE.
IL est véritablement juste et raisonnable, il est équitable et salutaire de Vous rendre grâces en tous temps et en tous lieux,
Seigneur Saint,
Père Tout-Puissant,
Dieu Éternel,
par Jésus-Christ Notre Seigneur,
que Vous avez promis, ô Dieu de miséricorde,
et fidèle dans vos promesses,
pour être le Sauveur du genre humain perdu par le péché,
dont la lumière instruit ( pdf: instruise ? ) les ignorants,
dont la sainteté justifie les impies,
dont la force fortifie les faibles.
Puis donc que Celui que Vous devez envoyer approche,
et que le jour de notre délivrance commence à luire,
pleins de confiance en vos promesses, nous
p. 514
nous livrons à une sainte joie.
C'est pourquoi nous nous unissons aux Anges et aux Archanges, aux Trônes, aux Dominations et à toute l'armée céleste, pour chanter un cantique à votre gloire, disant sans cesse:
p. 85 ( pdf )
SAint, Saint, Saint, est le Seigneur Dieu des armées. Les cieux et la terre sont remplis de votre Gloire. Hosanna au plus haut des cieux ! Béni soit
p. 86
Celui qui vient au nom du Seigneur. Hosanna au plus haut des cieux !
p. 514
COMMUNION. — Ps. LXXXIV.
Le Seigneur accordera la bénédiction, et notre terre donnera son fruit.
POSTCOMMUNION. — Puissions-nous, Seigneur, ressentir les effets de votre miséricorde au milieu de votre temple; et faites que nous nous préparions à célébrer dignement la Solennité prochaine de notre réparation. Par Notre Seigneur Jésus-Christ.
On dit Benedicámus Dómino.
Et il en est de même chaque fois qu'on n'a pas dit le Glória in excélsis.

À VÊPRES.
— Ps. du Dim. p. 139; et de même tous les Dim. de l'année, à moins d'indication contraire.

CREATOR ALME SIDERUM, S. Ambroise.
1.
Creátor alme síderum,
Ætérna lux credéntium,
Jesu Redémptor ómnium,
Inténde votis súpplicum.
2.
Qui dæmonis ne fráudibus
Períret orbis ímpetu
Amóris actus, lánguidi
Mundi medéla factus es.
3.
Commúne qui mundi nefas
Ut expiáres: ad crucem
Et Vírginis sacrário
Intácta prodis víctima.
4.
Cujus potéstas glóriæ,
Noménque cum primum sonat;
Et Cælites, et inferi
Treménte curvántur genu.
p. 515
5.
Te deprecámur últimæ
Magnum diéi Júdicem;
Armis supérnæ grátiæ
Defénde nos ab hóstibus:
6.
Virtus, honor, laus, glória
Deo Patri cum Fílio,
Sancto simul Paráclito,
In sæculórum sæcula. Amen.
V/. Roráte cæli désuper, et nubes pluant justum.
R/. Aperiátur terra, et gérminet Salvatórem.x
À Magníficat. S. Luc. I.
Ant. Ne tímeas, María, cinvenisti enim grátiam apud Dóminum: ecce concípies, et páries fílium, allelúia.
On dit pour Oraison la Collecte de la Messe, et ainsi tous les Dimanches et toutes les Fêtes de l'année.
1. Vous, qui semez d'astres les cieux,
Des croyants soleil radieux,
O Jésus, Rédempteur du monde,
Qu'à nos vœux votre Cœur réponde !
2. Plein de pitié pour l'univers
Près de s'abîmer aux enfers,
Poussé par votre amour immense,
Vous apportez la délivrance.
3. Rançon de ce monde perdu,
Sauveur Vous êtes descendu
Dans un virginal sanctuaire,
Pour monter Victime au Calvaire.
4. Jésus ! À ce nom glorieux
Tout genou fléchit dans les cieux;
La terre entière adore et chante,
Et l'enfer frémit d'épouvante.
p. 515
5. O saint Juge du dernier jour,
Que votre grâce et votre amour
Contre notre ennemi perfide
Nous servent d'armes et d'égide !
6. Puissance, amour, louange, honneur
Au Dieu Père, Éternel Seigneur,
Au Fils, à l'Esprit de lumière,
À la Trinité tout entière. Ainsi Soit-Il.
V/. Cieux, répandez votre rosée, et que les nuées fassent descendre le Juste.
R/. Que la terre s'ouvre, et qu'elle produise un Sauveur.
À Magníficat.— S. Luc. I.
Ant. Ne craignez point, Marie; vous avez trouvé grâce devant le Seigneur; voilà que vous concevrez, et vous enfanterez un fils, alléluia.
On dit pour Oraison la Collecte de la Messe, et ainsi tous les Dimanches et toutes les Fêtes de l'année.


Monday, 4 December 2017

EXPLICATION ÉVANGILE 1er DIMANCHE DE L'AVENT > TEXTE > SECRÈTE.

EXPLICATION ÉVANGILE 1er Dim. de l'Avent ( pdf ).
Explication.
—  L'Évangile de ce jour nous fait connaître les signes terribles qui précèderont le dernier avènement de Jésus-Christ à la fin des temps.
Rien de plus efficace que cette prophétie pour préparer nos âmes à sa venue spirituelle dans le Mystère de Noël.
Il vient à nous en Sauveur, sous la forme d'un pauvre petit enfant !
Mais, sous les voiles de sa faiblesse et parmi les tendres effusions de son amour, que la pensée de son jugement à venir nous inspire aussi une crainte salutaire.
L'époque de ces suprêmes assises est inconnue. « Quant à ce jour, et à cette heure-là, dit Jésus, personne n'en a connaissance, non pas même les Anges du ciel, mais seulement le Père. »
Après que le temps fixé par la Sagesse de Dieu pour la durée du monde sera expiré tous les hommes ressusciteront au son de la trompette de l'Archange et se trouveront en présence les uns des autres dans la vallée de Josaphat; mais, hélas !dans une situation bien différente : car les uns y auront leurs corps revêtus de gloire
p. 512
et de lumière, et les autres seront à eux-mêmes un objet d'horreur.
Le souverain Juge paraîtra avec la plus grande majesté sur son tribunal, environné de ses Anges et de ses Saints, et ayant devant Lui la Croix, plus éclatante que le soleil,, signe de grâce pour les bons et de vengeance pour les méchants.
Ce sera à la vue de ce signe , et par un secret commandement de Jésus-Christvque tous les hommes se partageront comme en deux parties; les uns se trouveront à sa droite, et ce seront les prédestinés; les autres à sa gauche et ce seront les réprouvés.
Éternelle séparation, puisque jamais ils ne se trouveront ensemble.
Alors les livres mystérieux des consciences seront ouverts; il n'y aura plus rien de caché.
Que les pécheurs ne se rassurent pas dans leurs iniquités parce qu'ils les commettent dans l'ombre: tout ce qu'ils n'ont confié qu'aux ténèbres sera exposé au grand jour; une lumière céleste éclairera tous les pas qu'ils ont faits dans l'obscurité, toutes leurs démarches seront découvertes, tous leurs desseins seront connus, tous les mystères de leur cœur seront dévoilés.
Ah, ! que de désirs, de pensées, de projets, d'injustices, de faiblesses, de honteuses actions, seront révélés een ce dernier jour !
Le souverain Juge prononcera contre les méchants cette sentence formidable:
« Retirez-vous de moi , maudits, et allez dans l,e feu éternel qui a été préparé au démon et à ses anges.
Malédiction universelle, car elle comprend tous les maux;
malédiction irrévocable, car elle comprend tous les temps.
Il décidera du sort bienheureux des bons, en leur disant:
« Venez, les bénis de mon Père, posséder le royaume qui vous a été préparé dès le commencement du monde.
Ineffable bénédiction, puisqu'elle comprend tous les bienfaits, don incomparable, puisque ce royaume n'aura pas de fin.
Bien que, après la mort de chaque homme, il y ait un Jugement particulier et secret, Dieu veut cependant y ajouter un Jugement universel et public pour trois raisons principales: pour la manifestation de la gloire et de la justice de Dieu, pour le triomphe des Saints, et pour la confusion des méchants.
OFFERTOIRE. — Ps. XXIV.
Vers Vous, ô mon Dieu, j'ai élevé mon âme.En
p. 513
 Vous je me confie, que je n'aie point de confusion. Que mes ennemis ne zse réjouissent point à mon sujet, car aucun de ceux qui espèxrent en Vous ne sera confondu.
SECRÈTE.
— Que ces mystères, Seigneur, après nous avoir purifiés, par leur puissante vertu, nous donnent de parvenir plus purs à Celui  qui est leur Auteur. Par Notre Seigneur Jésus-Christ.

TEXTE PARTIES MOBILES 1er DIMANCHE DE L'AVENT ( B ).

TEXTE PARTIES MOBILES 1er DIMANCHE DE L'AVENT ( B ).
p. 508
À LA MESSE.
— INTROÏT. — Ps. XXIV.
VErs Vous, ô mon Dieu ! j'ai élevé mon âme. En Vous je me confie; que je
p. 509
n'aie point de confusion ! Que mes ennemis ne se réjouissent point à mon sujet; car aucun de ceux qui espèrent en Vous ne sera confondu.
Ps. Seigneur, faites-moi connaître vos voies, et enseignez-moi vos sentiers.
V/. Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit; comme c'était au commencement, et maintenant, et toujours, et dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.
— Vers Vous, ô mon Dieu.
On répète Ad te levavi jusqu'au Ps.
Cette manière de répéter l'Introït s'observe pendant toute l'année.
COLLECTE.
— Déployez, Seigneur, votre puissance, et venez, afin que nous méritions d'être délivrés, par votre secours, des périls auxquels nos péchés nous exposent, et d'être sauvés par Vous, notre Libérateur, qui vivez et régnez.
ÉPÎTRE.
— Saint Paul aux Romains, XIII 11-14.
Vigilance et Pureté.
MES frères, c'est l'heure de nous réveiller enfin de notre sommeil; car maintenant le salut est plus près de nous que lorsque nous avons embrassé la foi.
La nuit est sur sa fin et le jour approche.
Dépouillons-nous donc des œuvres des ténèbres et revêtons les armes de la lumière.
Marchons honnêtement, comme en plein jour, ne nous laissant point aller aux excès de la table et du vin, à la luxure et à l'impudicité, aux querelles et aux jalousies; mais revêtez-vous  du Seigneur Jésus-Christ.
Explication
— Saint Paul, après avoir exposé, dans cette admirable lettre, les principaux devoirs de la Vie
p. 510
Chrétienne, engage les Romains à les mettre en pratique, en leur rappelant la courte durée d'une vie que tant d'hommes passent dans un triste assoupissement.
Il les exhorte à en sortir, parce que l'heure presse, et que le temps du salut est proche.
Par sommeil, il entend cette funeste tiédeur qui fait négliger à tant de Chrétiens tous les moyens de salut.
De combien d'hommes, hélas ! ne peut-on pas dire que la mort sera leur réveil ?
La nuit est le péché qui plonge l'âme dans les ténèbres, en l'éloignant de Dieu, qui est la véritable lumière.;
le jour représente la foi, la grâce, la réconciliation avec Dieu, la science du salut.
Les œuvres de ténèbres sont les péchés en général et en particulier ceux qui se commettent dans le secret et dans l'ombre, parce qu'on en doit rougir devant Dieu et devant les hommes.
Après avoir dépouillé le péché, vêtement de honte, nous devons, comme des soldats du Christ, nous revêtir des armes de la lumière, qui sont la Foi, l'Espérance et la Charité, et en général toutes les bonnes œuvres.
 Nous combattrons par elles les trois ennemis de notre salut: le démon, la chair et le monde.
Marcher honnêtement comme en plein jour, c'est ne rien faire et ne rien dire devant Dieu, qui voit tout, que l'on n'osât faire ou dire en présence de tout le monde.
Enfin se revêtir de Jésus-Christ , c'est penser, parler et agir comme Lui, c'est avoir les sentiments et accomplir les œuvres qui conviennent au Chrétien baptisé, éclairé des lumières de la Foi.
GRADUEL. — Ps. XXIV.
Seigneur, aucun de ceux qui espèrent en Vous ne sear confondu.V/. Faites-moi connaître vos voies et enseignez-moi vos sentiers
Alléluia, alléluia. V/. Ps. Montrez-nous, Seigneur, votre miséricorde, et donnez-nous le Sauveur que Vous nous préparez. Alléluia.
p. 511
ÉVANGILE.
— Saint Luc XXI 25-33
Dernier Avènement de Jésus-Christ.
† EN ce temps-là, Jésus dit à ses disciples: il y aura des prodiges dans le soleil, , dans la lune et dans les étoiles, et, sur la terre, les nations seront dans l'anxiété, à cause du bruit confus de la mer et des flots; les hommes sécheront de frayeur, dans l'attente de ce qui doit arriver à tout l'univers: car les puissances des cieux seront ébranlées.
Alors, ils verront le Fils de l'homme venant sur une nuée, avec une grande puissance et une grande majesté.
Or, lorsque ces choses commenceront à arriver, regardez, et levez la tête, parce que votre rédemption approche.
Et il leur fit cette comparaison: Voyez le figuier et tous les arbres. Lorsqu'ils commencent à produire leur fruit, vous savez que l'été est proche. De même, quand vous verrez arriver ces choses, sachez que le royaume de Dieu est proche.
En vérité, Je vous le dis, cette génération ne passera pas, que tout cela ne s'accomplisse.
Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas.


TEXTE PARTIES MOBILES 1er DIMANCHE DE L'AVENT ( A ).

TEXTE PARTIES MOBILES 1er DIMANCHE DE L'AVENT ( A ).
NOus commençons aujourd'hui le saint Temps que l'Église appelle Avent, c'est-à-dire Avènement. Ces quatre semaines nous représentent les siècles qui ont précédé la venue du Messie, et pendant lesquels ce divin Libérateur a été ardemment désiré par les Patriarches, les Prophètes et les autres Justes qui ont vécu avant l'époque de la Loi nouvelle.
Le dessein de l'Église, pendant l'Avent, est de nous disposer à célébrer avec piété et avec fruit le Mystère de la Naissance temporelle du Fils de Dieu.
Tout ce temps, qu'elle consacre à nous y préparer, est comme la grande Vigile de Noël, et ne doit pas nous paraître long, si nous considérons l'excellence de cette Fête. En effet le jour anniversaire de la Naissance du Sauveur nous rappe!le l'accomplissement d'un Mystère ineffable, dans lequel Dieu a déployé toute sa Miséricorde. En vertu de ce Mystère, le Fils de Dieu s'est abaissé jusqu'à notre néant, pour nous élever jusqu'à
p. 507
Lui; Il est descendu sur la Terre, pour nous ouvrir le chemin du ciel, fermé par le péché; Il a pris notre nature, pour nous rendre participants de sa Nature divine: quoi de plus efficace pour animer notre reconnaissance et enflammer notre amour ?
Ce serait peu néanmoins à nous préparer à célébrer la fête de  Noël avec piété, si nous ne nous efforcions de retirer tout le fruit de ce Mystèfre; si, par la Sainte réception des saints Sacrements de Pénitence et d'Eucharistie, nous ne cherchions à nous apprjoprier les biens que le Fils de Dieu nous a apportés dans son premier Avènement; et si nous ne nous préparions pas à paraître avec confiance devant ce même Dieu au jour terrible de son second Avènement.
C'est pourqjuoi l'Église qui, par le saint Temps de l'Avent, nous annonce la première venue du Sauveur, nous annonce aussi, par l'Évangile de ce jour, la venue du Juge suprême.
Elle veut que nous pensions tout à la fois à cet Avent, pendant lequel on attendait le Dieu qui est venu nous chercher et nous sajuver, et à cet autre Avent, dans lequel nous attendons le Dieu qui viendra pour nous juger selon nos œuvres.
Plaise au Seigneur que ces deux Avènements fassent le sujet de notre méditation continuelle, et que nous considérions sans cesse toutes les grâces qu'un Dieu nous a apportées par sa Naissance, et le compte rigoureux qhu'Il nous en demandera au moment de la mort !
Au premier Avènement Jésus-Christ est venu dans l'humiliation et dans l'infirmité; au dernier jour, Il reviendradans sa majesté et dans sa gloire. Entre ces deux points extrêmes, Il veut déjà habiter dans nos cœurs par sa grâce; et, selon la pensée de Saint Bernard, cette venue de Dieu en nous est comme un troisiè?me Avènement, qui tient le milieu entre les deux zutres, et qui nous fait passer avec confiance, des mains d'un Dieu Sauveur, dans les mains d'un Dieu Juge suprême.
Or, nous le savons, cette grâce par laquelle Dieu fait sa demeure dans nos âmes, cette grâce qui est le fruit de l'Incarnation etde la Rédemption, et qui devra régner dans nos cœurs au jour où nous paraîtrons devant Dieu, cette grâce nous est communiquée par le Baptême et par la Pénitence; elle s'affermit en nous par la réception des autres Sacrements, et elle y est consommée par la participaction à la sainte Eucharistie.
p. 508
Si donc nous voulons profiter du Temps de l'Avent, si nous voulons dignement célébrer la fête de Noël, sanctifier notre vie, et nous disposer à paraître devant Dieu avec quelque confiance, recourons au Sacrement de Pénitence, pour obtenir la rémission de nos péchés; unissons-nous, dans la sainte Communion, à ce Dieu né pour nous, qui sera un jour notre Juge; persévérons dans les saintes dispositions où la grâce nous aura établis; vivons enfin avec tempérance, avec justice, avec piété, en attendant le bonheur qui est l'objet de notre espérance, et le glorieux avènement de Jésus-Christ, notre grand Dieu, notre Sauveur ( Tit. II 12-13 )
L'Église, dans ce saint Temps, honore d'un culte particulier la Maternité divine de la très Sainte Vierge Marie.
« C'est, dit saint Anselme, une dignité dont on ne comprendra jamais toute la grandeur, à moins que l'on ne comprenne toute la grandeur de Dieu. » Rendons les hommages qui sont dus à cette qualité auguste; mais n'oublions pas que la Mère d'un Dieu fait homme est devenue la Mère commune de tous les Chrétiens, frères de Jésus-Christ.
Quel motif puissant de l'honorer et de réclamer son intercession.
Pour nous rappeler ces Mystères, l'Église nous exhorte à réciter le matin, à midi et le soir la prière connue sous le nom d'Angelus, à laquelle les Souverains Pontifes ont atta ché de nombreuses Indulgences.
En disant l'Angelus, rappelons-nous, avec la plus tendre reconnaissance le Mystère d'un Dieu fait homme pour nous racheter, honorons et invoquons la Sainte Vierge, dans le sein de laquelle ce grand Mystère s'est accompli.
Pendant l'Avent :
— L'orgue se tait.
— On ne dit pas le Gloria in excelsis, excepté aux fêtes des Saints.
— Les Diacre et Sous-Diacre ne revêtent pas la Dalmatique.
— Le Célébrant ne revêt plus que les ornements violets.
— L'Ite Missa est est remplacé par le Benedicamus Domino.
— L'Alleluia qui suit le Graduel ne s'omet qu'aux jours de la férie.

OFFICES PROPRES DU TEMPS

OFFICES PROPRES DU TEMPS
PDF pp.505-506.
Préliminaires. — Sous la dénomination « Offices Propres du Temps », cette 2e Partie du Paroissial  constitue l'ensemble du Drame le plus sublime qui puisse être offert à notre admiration. Tout y est exprimé. Tout arrive à sa place par l'enchaînement des anniversaires des faits divins, qui se sont passés depuis la chute originelle, et qui ont été opérés, une fois, dans l'intérêt de notre salut: l'intervention de Dieu pour le rachat et la sanctification des Hommes; la conciliation de la Justice et de la Miséricorde; les humiliations, les douleurs et les gloires de l'Homme-Dieu, la venue et les opérations du Saint-Esprit dans l'humanité et les âmes fidèles; la mission et l'action de l'Église, parmi les peuples et les siècles !
Ces réalités ne sont pas seulement impérissables; l'incessante affirmation et la solennelle adhésion, dans le passé, le présent et l'avenir, des races croyantes, choisies de Dieu ou baptisées du baptême du Christ, qui ont vécu, qui existent, qui sont encore à venir, les rendent inattaquables.
Et, dit Dom Guéranger ( I ), il y a ceci d'admirable, que la succession d'une année à l'autre n'en!lève rien à la fraîcheur ni â la force des émotions !orsqu'il nous faut commencer à nouveau le cours du Cycle Liturgique.
L'Avent est toujours imprégné de la saveur d'une attente douce et mystérieuse.
Noël nous attire toujours par les joies incomparables de la naissance de l'Enfant divin.
Nous entrons avec la même émotion sous les ombres de la Septuagésime.
Le Carême nous abat devant la justice de Dieu.
La Passion du Rédempteur, suivie jour oar jour,
p. 506
heure par heure, nous apparaît comme toujours nouvelle.
Les splendeurs de la Résurrection apportent à nos cœurs une allégresse qu'ils ont, ce semble, jusqu'alors ignorée.
La triomphale Ascension ouvre, sur toute l'économie de la divine Incarnation, des vues que nous n'avions pas encore.
À la Pentecôte nous sentons la présence renouvellée de l'Esprit-Saint.
La radieuse fête du Saint-Sacrement trouve nos cœurs accoutumés au don ineffable que Jésus nous fit la veille de sa Passion.
Chaque retour des Fêtes de Marie nous révèle des aspects inattendus sur ses grandeurs;
et nos Saints bien-aimés, lorsqu'ile reviennent nous visiter sur le Cycle, nous semblent plus beaux que jamais, nous les pénétrons mieux, nous sentons plus vivement le lien qui les rattache à nous.
Quelle source de progrès pour l'âme chrétienne lorsque l'objet de la foi lui apparaît ainsi toujours plus lumineux,
lorsque l'espérance du salut lui est comme imposée par le spectacle de tant de merveilles que la bonté de Dieu a opérées en faveur de l'homme,
lorsque l'amour s'enflamme en elle, sous le souffle du divin Esprit qui a établi la Liturgie comme le centre de ses opérations dans les âmes